[Séance ciné] Spectre

Illustration

James Bond fait son retour sur le grand écran avec Spectre, avec un Daniel Craig qui ne semble jamais être à court de classe dans un rôle qui lui va si bien. Cependant, l’agent 007 est-il à court de souffle au bout de quatre films ? Ou arrive-t-il à se surpasser, encore et toujours ? Faisons un petit tour en Aston Martin, on va voir ça.ampsycho

Ces nouvelles aventures de l’agent du MI6 le confrontent à un message mystérieux ayant ressurgit de son passé qui le pousse à chasser un homme puissant qui se tapisse dans l’ombre. Tandis que M se bat pour conserver le programme 00 auprès des forces gouvernementales, Bond ne fait que leur donner des bonnes raisons d’y mettre fin, avec ses nombreuses « gaffes » qui créent de plus ou moins gros scandales autour du monde. Sacré James !

Je dois commencer par parler de la scène d’introduction, qui est composée d’un long plan-séquence très bien réalisé, à mes yeux en tout cas, avec l’agent secret doté d’un déguisement pour la Día de Muertos qui est carrément stylé (et ce masque !). La musique est aussi entraînante, un chœur de percussions qui ajoutent de la tension à la petite mission de James Bond, et tout ceci mène à une scène d’action assez impressionnante mais je ne spoile rien. Bref, s’en suit l’habituelle « title sequence », un montage sur lequel défile les noms, toujours très propre et bien fait, et toujours très perché (et avec un nombre conséquent de femmes anonymes dévêtues). Le budget d’effets spéciaux y passe un peu. En parlant de ça d’ailleurs, ils sont vraiment impressionnants tout au long du film. Il y a même des effets normaux, pyrotechniques pour être précis, qui sont colossaux, et qui ont représenté la plus grosse explosion de l’histoire du cinéma, apparemment. Rien que ça.

Bon, on plonge au cœur du film à présent, vous voulez bien ? Le scénario tient à peu près la route, mais il est en deçà du reste de la saga, surtout après un troisième volet explosif. L’histoire reprend un peu ce qu’il s’est passé à Skyfall, on y ajoute un méchant qui commanditait tout depuis le début, une traque mystérieuse, une background story louche, et voilà, c’est Spectre. Bon, je simplifie un peu trop, mais on en tire pas grand chose de plus. Le déroulé des événements est prévisible assez tôt dans le film, on sait qui est gentil et méchant, ce qui fait qu’on finit par se détacher de l’histoire (comprendre qu’on s’ennuie un poil), et apprécier simplement l’action, qui elle, en revanche, est plutôt bonne et bien filmée. Une panoplie complète de véhicules (tré)passe à l’écran, avec une action bien dosée accompagnée de musique qui donne quelques frissons (ah, le thème principal !). Cela étant dit, j’ai trouvé que Bond n’utilise pas assez de gadgets (j’en compte trois, et je suis gentil), pourtant si représentatifs la saga, et c’est bien dommage.

Le film se rattrape un peu sur l’humour étalé tout du long, avec la prestance de Daniel Craig. Lui n’a pas perdu de sa superbe, et même s’il se fait un peu vieux, il sait toujours courir et casser des mâchoires. Les combats sont percutants, pas de doute, mais la mort d’un des méchants (secondaires, je vous rassure) est merdique, vraiment clichée et facile, et non je ne suis pas en train de vous mentir. Sinon, je fais l’impasse sur Monica Bellucci qu’on ne voit que cinq minutes, mais par contre Léa Seydoux… pour être franc j’ai eu du mal à la supporter. Alors, oui, ce n’est pas pire que Marion Cotillard, car mademoiselle Seydoux a le mérite d’avoir un anglais respectable, cela dit c’est quelque chose dans le visage qui m’irrite. Je crois qu’elle me rappelle quelqu’un qui m’énervait, donc forcément ce n’est pas un bon mélange. Je comprends qu’elle puisse être dans le film, tout ça, mais en tant que James Bond Girl ? Vraiment ? Je ne comprends pas, elle n’a pas (encore ?) l’étoffe, je trouve, mais chacun son opinion. Le personnage de M (le grand Ralph Fiennes) est maîtrisé et froid mais dans le bon sens, le rôle de Q est génial et détend l’atmosphère, Moneypenny est fidèle au poste et assure en tant qu’assistante / acolyte de choc, et Moriarty, enfin C, enfin Max, enfin bref, il remplit parfaitement son contrat de petit merdeux (j’ai pas d’autres mots, désolé). Pour finir, Christoph Waltz est toujours aussi charismatique, incroyablement calme dans son rôle de nemesis, mais je trouve que son personnage manque un peu de matière. Le casting reste très bon, mais l’histoire casse un peu la magie.

Pour résumer ce Spectre, c’est un bon film d’action, mais pas un bon James Bond. Voilà, je l’ai dit, lynchez-moi si vous voulez, mais c’est la meilleure description que je puisse donner. Ça reste un long métrage d’action appréciable, mais il est difficile de vraiment ressentir le niveau instauré par les trois films précédents dans ce nouveau volet de 007. Je vous invite à le voir pour vous faire votre propre avis, mais pour le moment, Spectre ne détrône pas Skyfall, si vous voulez bien me croire (même si la première scène de Spectre m’a marqué).

Spectralement vôtre,
À plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.