[Séance ciné] Stretch

De temps à autres je me laisse tenter par un film dont je n’ai à peine lu le synopsis. Pour Stretch, on m’a parlé d’une comédie rafraichissante et c’est ce dont j’avais besoin. Ni une ni deux, je me mate ce film (tout seul, forever alone) et sans savoir à quoi m’attendre, je me plonge dans Stretch. Il y a du champagne à l’arrière, mettez-vous à l’aise…

pine-approved
Ça c'est de la bonne came !

Nous suivons la journée pas très ordinaire de Stretch, un chauffeur de limousine à Los Angeles (nb  : Stretch est son pseudo, car cela signifie “limousine” dans le jargon, hé ouais) qui était originellement venu pour faire décoller sa carrière d’acteur. Après une relation forte et une rupture soudaine, il a vécu une année pourrie et se retrouve au plus bas. Cette journée marque un tournant pour lui, afin de sauver son job, et rembourser une vieille dette qui lui tombe dessus. Il va donc tenter de décrocher un gros client mais cela va lui faire une soirée particulièrement mémorable et pleine de péripéties… tendues.

L’ambiance qui se dégage de ce film est très bien maîtrisée : Stretch se lance parfois dans des monologues internes, dans lesquels il se juge lui-même ou les autres gens, avec un ton très sarcastique. Ce même ton est également celui qu’il utilise pour communiquer avec les autres, ce qui fait que le personnage de Patrick Wilson (Nite Owl dans Watchmen, rien que ça) se met tout seul dans la merde. C’est aussi ce qui le rend attachant, il est humain, il fait des conneries et cherche à sauver ses miches. Le personnage évolue en tandem avec la dégradation de sa soirée et on ne s’ennuie pas une seconde.

Le film a des parties de film d’action / thriller, cependant Stretch reste principalement une comédie, mais du type sérieux. Tout cela est antithétique mais ce qu’il faut retenir c’est que le film n’est pas juste là pour nous faire rire, il donne aussi matière à réfléchir et l’ensemble est très bien ficelé. Le scénario est simple mais efficace, et les acteurs sont tous au top de leur jeu. Je préfère ne pas vous dire qui apparaît, mais ce sont de bonnes surprises !

Un autre point que j’aimerais souligner est la musique. En effet, l’intro du film se fait avec le titre écrit dans une typo rose, un peu années 80 (néons, tout ça), et cet univers est respecté pendant le film avec des musiques qui soulignent les temps forts, avec des synthés rétro et des batteries bien électroniques. Étant un très grand fan de ce genre d’ambiance, mon appréciation du film n’en a été que meilleure. Visuellement, il ne faut pas s’attendre à Star Trek, à part deux ou trois effets spéciaux, on reste très ancré dans la réalité, ce qui fait un peu la force du film. Il y a des plans sympas, un petit clin d’œil par-ci par-là, et une très bonne qualité globale ; Stretch en a bien plus dans le ventre que ce à quoi je m’attendais !

Finalement, Stretch c’est la bonne surprise du mois d’octobre pour moi. Avec seulement une affiche et un avis “bon film, à voir !” comme “promesse”, je me suis régalé. Bien rythmé, bien réalisé, bien joué et avec un humour quasi-omniprésent qui me plaît énormément, ce film a surpassé toutes mes attentes. Tout ce que j’espère c’est de ne pas les avoir trop élevées pour vous ! Si vous cherchez un film pour passer un bon moment (94 minutes), n’hésitez pas, Stretch devrait largement vous satisfaire.

Stretchement vôtre,
À plus !