[Test] A Story About My Uncle

Un ami m’avait relayé un article sur Gamasutra à propos d’une « success story » d’une équipe de 9 suédois d’une vingtaine d’années, qui ont transformé leur petit prototype sous Enreal Engine en véritable jeu tout en poursuivant leurs études (dans le domaine du jeu vidéo, bien sûr). Une histoire de développeurs indépendants tous jeunes peu commune, puisqu’ils ont ensuite été repérés par Coffee Stain Games (connus pour Goat Simulator) qui ont publié leur jeu. A Story About My Uncle m’a beaucoup intrigué (son univers graphique et l’aspect First Person Platformer, notamment) et je me suis laissé tenter…potterhead
Le jeu nous met dans la peau d’un jeune garçon, qui visite la maison de son oncle, un inventeur, qui a subitement disparu (et non je ne parle pas de Quantum Conundrum). Il va fouiller sa maison et trouver une pièce avec une machine créée par son oncle qui va envoyer le garçon dans un autre monde. Coincé, il va parcourir cet étrange endroit à la recherche de son oncle qui est visiblement déjà passé par là, équipé d’un grappin qui lui permet d’arpenter les mystérieux reliefs de ce lieu.

Un scénario simple, mais qui fonctionne très bien. La narration est effectuée par le garçon, bien des années plus tard, racontant son aventure à sa fille. À la frontière d’un village, on rencontre Maddison, une jeune fille de ce monde, mais dont l’apparence n’est pas exactement humaine – imaginez une grenouille anthropomorphique, rien que ça. Cela ne l’empêche pas de parler comme nous, et elle décide de nous aider à retrouver notre oncle, qu’elle et d’autres villageois ont déjà croisé. On part donc à sa recherche, usant du grappin pour passer d’un îlot flottant au suivant…

Le gameplay est facile à prendre en main, et c’est très plaisant à jouer. On se balade de plateforme en plateforme avec le grappin, et on peut s’agripper jusqu’à 3 fois avant de retoucher le sol. Une autre mécanique de gameplay s’ajoute à la moitié du jeu, à vous de la découvrir ! Jouer à la première personne est très fun, rappelant Mirror’s Edge mais le fantasmagorique en plus, la violence et le parkour en moins. Les puzzles sont pour la plupart assez simples à comprendre mais on peut vite se mettre à bloquer si l’on ne fait pas preuve de précision. J’en ai eu pour trois heures et demi en jouant sans me précipiter, une durée de vie courte, mais le jeu se renouvelle assez avec des séquences assez jouissives et de plus en plus difficiles. De plus, vu l’équipe, ça reste très honnête.

2014-08-02_00006
Le jeu ne manque pas d’émerveiller avec de superbes décors. On ne reste pas coincé dans une une cave sombre : on visite aussi de belles zones de rochers flottants, avec de la végétation, des bâtiments et du soleil. Mais pas que… J’ai pu faire tourner le jeu à fond pour profiter de tous les détails, et c’est une ambiance vraiment réussie. Le jeu est un peu vide à cause du manque de vie, mais il n’en reste pas moins beau. De plus, de petites musiques accompagne l’aventure et elles valent leur pesant de cacahuètes. Elles sont un peu discrètes mais correspondent très bien à l’ambiance globale et plonge le joueur dans ce monde si onirique.

Avec une durée de vie comprise entre trois et quatre heures, A Story About My Uncle est un petit jeu qui reste modeste mais qui brille par ses qualités qui le démarque des jeux de plateforme habituels. Avec une direction artistique particulière, l’univers est magique et l’aventure nous donne la possibilité de voir un monde avec des yeux d’enfants. Le jeu est disponible sur PC, via Steam ou le Humble Store, à votre convenance.

Avunculairement vôtre,
À plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.