[Test] inFAMOUS : First Light

Illustration d'article

Après les aventures de Delsin, voici inFAMOUS : First Light, qui propose de jouer dans la peau d’un personnage secondaire de Second Son : Fetch. Une aventure qui est, à l’instar de Festival of Blood pour inFAMOUS 2, une extension ne nécessitant pas le jeu de base. Même ville, différents pouvoirs (enfin, pas vraiment), nouvelle histoire et un mode de jeu en plus… De quoi s’amuser un peu ! Mais qu’est-ce que ça vaut ? Voyons cela.

batman_approves
Si Batman approuve, c’est bon signe

On incarne donc Fetch, une Porteuse qui a le pouvoir de manipuler le néon. Ce court scénario se déroule avant les événements de Second Son, avec une narration entre-coupée de flashbacks entre Seattle et Curdun Cay, afin de découvrir en profondeur l’histoire de Fetch, ou Abigail de son vrai nom. Toujours en fuite et vivant dans la rue avec son frère, elle se met dans une situation compliquée suite à son implication dans un trafic avec un gang…

Delsin croise Fetch dans Second Son et copie son pouvoir, mais pas intégralement. Dans First Light, c’est le seul élément à notre disposition (contrairement à trois autres avec Delsin) mais pour compenser, il est possible de déchaîner le potentiel des pouvoirs de Fetch. Le gameplay reste sensiblement le même, mais avec des éléments supplémentaires, comme les boosts dispersés dans la ville afin de courir bien plus vite, ce qui est à la fois jouissif et pratique pour se déplacer. Les capacités de Fetch se développent au fil de l’histoire et sont de plus en plus dévastatrices, une évolution bien rythmée pour maîtriser le néon sur le bout des doigts. Les séquences à Curdun Cay se déroulent dans d’énormes arènes où Fetch s’entraîne avec ses compétences afin de sauver des otages ou simplement de survivre, avec des challenges et un système de points qui est, ma foi, assez fun (et bien sûr, un classement en ligne). Les possesseurs de Second Son pourront également incarner Delsin, avec sa panoplie de pouvoirs, affectés par le choix (avant de débuter le combat) entre sa version karmique héros ou infâme.

inFAMOUS™ First Light_20141116011330

Graphiquement, c’est toujours aussi beau, et cette fois, tout le spectre lumineux y passe grâce aux pouvoirs de Abigail. Le mode photo est toujours de la partie et permet de capturer des moments colorés et radieux. En plus de Seattle, nous avons le droit de voir quelques sections de Curdun Cay, la prison du D.U.P. où sont détenus les Porteurs. Ces fameux D.U.P. ne sont d’ailleurs pas encore tout à fait installés à Seattle, mais d’autres ennemis viendront vous embêter… Le seul souci est que nous sommes limités à la première île de Seattle, ce qui fait de First Light un jeu moins vaste avec une aire de jeu réduite. Dommage, j’aurais adoré parcourir plus de bâtiments à la vitesse de la lumière ! Le scénario est quant à lui plutôt bien présenté. Il permet de comprendre comment Fetch en est arrivée à ce stade, en développant son histoire, son passé et tout ce qu’elle a subi. Malgré une aventure relativement courte, on en apprend pas mal grâce à une narration bien maîtrisée qui aborde les événements de la vie, avec notamment ces flashbacks, des cinématiques en style comic book, du grand art, habituel avec cette licence.

First Light est une belle petite réussite qui ne cherche pas à être plus que ce qu’elle est supposée être - une extension qui apporte du background à l’aventure de base. Avec une panoplie de pouvoirs de néon accrue, un scénario intéressant qui met en avant Fetch, et un système d’arènes qui apporte un peu de nouveauté à la formule, on tient là un bon divertissement. Et bien qu’on s’en foute, il y a même un trophée de platine à débloquer, si vous en avez le courage ! First Light est disponible en version physique et sur le PS Store, mais si vous êtes membres du Playstation Plus, il fera partie de la collection de jeux instantanée en janvier 2015. ;) Si vous avez aimé Second Son, vous devriez également prendre votre pied sur First Light !

Lumineusement vôtre,
À plus !

Acheter :  

Catégories :