[Test] Judgment

Je n’ai joué que rarement à des jeux de détective (tel que Murdered), donc je ne savais pas exactement ce à quoi m’attendre. La seule chose que j’avais vu de Judgment avant de le commencer, c’était un bout de trailer où le protagoniste utilise un skateboard pour incapaciter un ennemi. J’étais direct accroché et voulais en savoir plus. Si vous voulez bien me suivre, on va mener l’enquête à Kamurocho !

Benedict Cumberbatch dans le rôle de Sherlock regarde pensivement, puis hausse un sourcil.
L'intrigue est captivante…

Le jeu nous met dans la peau de Takayuki Yagami, un avocat japonais de Karumocho (une banlieue fictive de Tokyo) qui a réussi l’impossible : acquitter un client accusé de meurtre. Ceci va le suivre et peser lourdement sur lui. Exaspéré, il devient un détective privé, humble mais doué, assisté par son ami Kaito, un ex-Yakuza. Son passé n’a cependant pas fini de le hanter et une vague de meurtres de membres de la Yakuza vont perturber son quotidien. Tous sont assassinés de la même manière : les yeux crevés, leur corps jeté après les faits dans une ruelle sombre. Il se met alors au travail pour élucider ces mystérieuses et sanglantes affaires afin de trouver les responsables. Tout le monde n’est cependant pas pas d’avis de le laisser enquêter…

Yagami est sur un skateboard et évite de justesse d'être renversé par une voiture pleine de Yakuzas.

Ce jeu a deux faces appartenant à la même pièce. D’un côté on a l’histoire principale, sérieuse et sombre, et de l’autre il y a les quêtes annexes légères et divertissantes (et immanquablement japonaises). Je me suis laissé entraîner par ce scénario et doit dire qu’il y a beaucoup de bonnes choses à dire. Le développement des personnages est impeccable à mes yeux, ainsi que la progression de l’aventure de Tak. On en apprend plus sur le passé de notre héros par le biais de quelques flashbacks, qui expliquent bien son caractère. C’est un homme au cœur juste qui n’hésite pas à sortir les poings pour protéger les innocents, ou se défendre lorsqu’un groupe de Yakuzas décide de l’attaquer. Au passage, le combat final est excellent, excessivement “over the top” et j’ai absolument adoré.

Gros plan sur le visage de Takayuki, avec le front en sang et l'air énervé.

Il faut cependant garder à l’esprit que c’est un jeu d’enquête, il va donc de soi que tout n’est pas combat. Il y a des séquences de filature, de recherche d’indices et de présentation de preuves. Il faut faire des choix afin de convaincre certaines personnes ou pour obtenir le plus d’indices possible. L’impact sur l’histoire n’est pas majeur car il y a une “auto-correction” où Yagami va bafouiller et un autre choix devient possible (mais pas de points bonus !). Il y a de nombreuses révélations que je ne voyais pas venir ; l’histoire n’est jamais plate et on a du mal à ne pas se laisser entraîner.

Yagami en pleine rue observant une femme au loin qu'il doit suivre pour une enquête.

Le quartier de Karumocho est assez petit mais plein de vie, avec une abondance de résidents dans les rues (majoritairement piétonnes). Il y a des dizaines de restaurants, magasins, bars et même des salles de jeux. En cas d’ennui, il y a beaucoup de choses à faire… tant que le portefeuille de Tak n’est pas vide. Les événements aléatoires sont aussi assez fréquents pour briser la routine, il est alors intéressant de faire les trajets à pied (la carte se traverse en deux minutes en courant). Sans oublier les Yakuzas qui n’attendent que de se battre. Certaines quêtes annexes sont un peu lourdes, je dois l’admettre (mais elles sont bien sûr optionnelles), comme une course pour attraper une perruque qui s’envole et qui défie les lois de la physique. Et ce, quatre fois… Au moins le propriétaire est généreux. Les habitants ont tous de quoi être mémorables avec leurs petites histoires, ce qui donne un charme à Karumocho et nous donne envie de rester un peu plus longtemps.

Le quartier de Karumocho, de nuit, avec de nombreux panneaux lumineux et des piétons remplissant la rue.

Yagami a beau avoir été un avocat, son passé avec des membres de la Yakuza est évident : il sait se battre et est difficilement intimidé. Les combats constituent une grande partie du jeu, il y a deux types (la position du Tigre pour les ennemis seuls, et la Grue pour les groupes) qui offrent chacun leurs combos et attaques spéciales. Le smartphone donne accès au menu du jeu sous forme d’applications, dont une pour améliorer les compétences de Tak. Une section est dédiée au combat, avec de nombreuses attaques, ou défenses, à acquérir via des points obtenus au cours du jeu lorsque l’on réalise différentes actions. Une autre section est dédiée à l’alcool, la nourriture et d’autres choses passives, notamment liées aux divers mini-jeux de Judgment (on y trouve des course de drones, des jeux de réalité virtuelle, un jeu de dés, du poker, etc.). Ce jeu est plein d’activités qui permettent de changer un peu d’air, y compris les enquêtes secondaires que notre détective reçoit de temps à autres. Elles sont moins intéressantes, certes, mais sont fortement lucratives.

Yagami incapacite un Yakuza avec un coup de pied en ciseaux.

Malgré certaines expressions faciales un peu rigides, les personnages sont en général bien détaillés (notamment Yagami) et les exagérations restent mineures. Les décors sont également propres et de qualité, dépeignant un bout de Tokyo très joli à visiter. Le cycle jour/nuit est sympa mais change seulement si le scénario le demande. On finit par visiter les mêmes lieux assez souvent, malheureusement, c’est donc un peu ennuyeux de ce côté. On a quelques rares excursions hors de Kamurocho, afin de mener un bout d’enquête. On peut aussi former des amitiés au cours du jeu, pratique pour débloquer quelques bonus. J’ai joué en japonais, sous-titré anglais et c’est très intéressant de s’immerger pleinement dans l’ambiance nippone. Il y a beaucoup d’éléments de culture qui ressortent, c’est véritablement fascinant. Le côté musical est composé de thèmes qui sont répétés au cours du jeu selon le contexte. Pas de quoi s’affoler mais l’ensemble fonctionne bien.

Vue d'ensemble du petit bureau de Yagami avec un bureau plein de paperasse et Kaito assis sur la canapé.

Je ne savais absolument pas ce que pourrait délivrer Judgment mais je suis très content d’avoir pu y jouer ! L’histoire est passionnante, les personnages sont bien écrits et crédibles et ce petit bout de culture japonaise est simplement ravissant. Ce spin-off de la série Yakuza fonctionne parfaitement tout seul mais les connaisseurs de la saga devraient apprécier encore plus. C’est un excellent jeu d’enquête, dans un univers riche, qui vaut bien le coup. Avec quasiment 40 heures de jeu, j’ai pu découvrir tout un monde qui m’a complètement absorbé. Je recommande cette aventure de Takayuki Yagami pour les joueurs qui aimeraient s’essayer à autre chose. Un jeu de détective japonais, dans mon cas, c’était effectivement bien différent ! Si ceci est un amuse-bouche de ce que la saga Yakuza réserve, je comprends bien sa popularité.

Justement vôtre,
À plus !

Acheter :  

Exemplaire fourni par Koch Media

Catégories :