[Test / Avis de passage] Beyond: Two Souls

Illustration

Suite à l’avant-première du jeu, j’étais très enthousiasmé par Beyond: Two Souls, un jeu qui se place entre le jeu vidéo et le cinéma, qui vaut à son créateur, David Cage, des critiques très mitigées. Cela a déjà été le cas avec Heavy Rain, le précédent jeu de Quantic Dream, qui avait été une expérience intéressante et très différente de ce que l’on a actuellement l’habitude de voir. Il ne m’avait pas énormément marqué malgré une aventure sympa, donc j’étais perplexe pour Beyond, mais l’avant-première aura eu raison de moi, et j’ai fini par commander le jeu, en édition spéciale, tellement j’étais emballé. Et je n’ai pas regretté avoir déballé ce jeu (tu peux pas test mes jeux de mots), je m’explique.ellen_inception
Comme j’aime tant le faire, laissez-moi d’abord vous présenter brièvement le jeu : on suit Jodie Holmes (incarnée par Ellen Page, rien que ça), une fille qui possède un lien unique avec un esprit qui se nomme Aiden, qui lui permet de faire des choses extraordinaires. Grâce à ce don, elle se fait remarquer par un laboratoire de recherches paranormales et se fait étudier par le docteur Nathan Dawkins (joué par Willem Dafoe), qui a un rôle presque paternel dans la vie de notre héroïne. On accompagne Jodie dans différentes étapes de sa vie : enfance, adolescence et âge adulte, et par la même occasion, on accompagne Aiden, qui reste en permanence avec Jodie. Et avec un tel pouvoir, elle ne mène pas une vie tout à faire normale, bien au contraire…

Tout d’abord, le fait que les personnages soient interprétés par de véritables acteurs de cinéma a une influence considérable sur notre relation avec les protagonistes. J’ai été touché par plusieurs moments du jeu, et bien que je n’ai pas pleuré parce que je suis super viril, j’ai ressenti un paquet d’émotions au fil de l’histoire du jeu – de vrais acteurs, c’est la crème de la crème. J’aime beaucoup les rôles d’Ellen Page et Willem Dafoe, ce qui a renforcé mon appréciation du jeu, mais j’ai aussi découvert Kadeem Hardison, qui interprète Cole Freeman, l’assistant de Dr Dawkins. Tous ces personnages véhiculent un comportement humain (c’est essentiel), et j’ai eu l’impression d’avoir un film sous les yeux, surpris par la beauté de certaines séquences et ému par les aventures de Jodie, et même si d’autres ne sont pas au même niveau, ça n’a pas cassé mon immersion dans l’univers de Beyond. Visuellement, il est superbe, mélangeant les codes cinématographiques avec les techniques du jeu vidéo, pour former un très bel ensemble. Certes, il y a certains détails qui m’ont dérangés mais c’est mon œil plus technique qui me fait dire ça, car globalement c’est très réussi : les lumières, les cadrages, les jeux de net et de flou, les visages, les cheveux, les animations de corps… il y a même des bandes noires omniprésentes pour appuyer sur le fait que c’est un film interactif (je dis ça de manière méliorative, au passage).

beyond_screen

Donc comme je l’ai dit, ce jeu m’a fait vivre des émotions, et pas qu’un peu. Le personnage de Jodie est très bien écrit, et son histoire est incroyable et prenante du début à la fin, en tout cas en ce qui me concerne avec les choix que j’ai fait. Vos décisions dans le jeu influent sur le scénario (ce concept de « ‌bending story‌‌‌‌‌ » est une marque de fabrique du studio) donc il est est légèrement différent selon les joueurs, même si le dénouement des chapitres est assez « ‌contrôlé‌‌‌ », car ces derniers ne se déroulent pas dans l’ordre, donc pour que le tout soit cohérent, les séquences ont une trame principale à suivre. Ce système de chapitres joués dans le désordre a perturbé plus d’un joueur, dont moi-même. Je me suis parfois questionné sur ce qu’il s’est passé avant et après le chapitre en cours, mais après avoir fini le jeu, cela a pris tout son sens. Ce n’est pas tout à fait Memento puisqu’on arrive quand même à suivre en reconstituant la suite des événements dans son esprit, mais encore faut-il vouloir s’impliquer… ce qui a bien été mon cas. Pour vous parler un peu de la musique, elle a été écrite par Lorne Balfe (qui a déjà participé à de nombreux films et quelques jeux) et produite par Hans Zimmer, donc le côté cinématographique du jeu ressort aussi avec l’aspect musical. Ces morceaux sont d’une grande qualité et prennent aux tripes, en soulignant les moments clés du jeu, qu’ils soient calmes ou intenses, avec des thèmes pour certains personnages ou éléments importants, le tout étant en cohésion avec l’atmosphère de Beyond.

Ce jeu est à mes yeux une des grandes expériences de cette année à ne pas rater. Bien qu’il ne m’a pas autant touché que The Last of Us, Beyond est juste en-dessous dans ma liste car Jodie, superbement joué par Ellen Page, est très attachante et délivre une parfaite performance d’actrice au sein d’un jeu vidéo, et noue des liens non seulement avec les personnages du jeu, mais également avec le joueur. Avec la next-gen qui pointe le bout de son nez, ce jeu est une belle prouesse pour la PS3 et sera l’un des jeux que je retiendrai le plus de cette génération. C’est une aventure que je recommande à tous les curieux, c’est par ici pour Beyond: Two Souls en édition normale ou spéciale (des liens sponsorisés, vilain moi ! – mais je vous invite à voir sur Amazon UK, c’est moins cher…). En tout cas, j’ai vraiment adoré ce jeu dans son ensemble, et j’espère pouvoir vivre d’autres expériences comme ça à l’avenir – même si celle-ci est véritablement unique. 🙂

Ah, et puisque je voulais éviter un article très court sur l’édition spéciale en elle-même, je l’inclus en fin de test – malin, n’est-ce pas ? Le fourreau en plastique qui contient toutes les informations du jeu (logo, PEGI, détails au dos, etc.), une fois retiré, laisse place au Steelbook. On a le droit à une jolie illustration du jeu, où le blanc original prend un aspect métallisé et rend le boîtier très beau à voir. À l’intérieur, c’est triste, il n’y a pas d’illustration, mais on retrouve un code pour télécharger quelques DLC :

  • un chapitre bonus de 30 minutes, qui est en fait une salle d’entrainement pour mettre à l’épreuve les capacités de Jodie et Aiden, ce qui n’approfondit malheureusement pas l’histoire
  • le making-of du jeu
  • la bande son du jeu, seulement 4 morceaux, un peu décevant vu la qualité de l’OST que l’on entend au cours du jeu
  • un thème dynamique PS3 et une poignée d’avatars PSN

Rien de bien folichon mais ayant acheté cette édition spéciale sur Amazon UK pour moins de 40€, je pense que c’est une bonne affaire, en tout cas je ne me plains pas. Ci-dessous, quelques photos légèrement… poussiéreuses :
L'avant de la boîte de l'édition spéciale… …et l'arrière La superbe illustration du Steelbook

 

Beyondement vôtre (à nouveau) (j’ai pas trouvé mieux),
À plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.