[Test] The Last of Us Remastered

Comme si la claque de 2013 ne m’avait pas suffit, j’ai tendu l’autre joue pour The Last of Us Remastered. Un énième remaster sur console next-gen, c’est vrai que c’est peu à peu lassant, mais on peut se dire qu’avec ça, Naughty Dog se fait la main sur la PS4 pour Uncharted 4, et ceux qui n’ont pas fait le jeu ont une nouvelle chance de s’y essayer. Je n’ai fait le jeu qu’une fois l’an dernier, donc je découvre cette perle vidéoludique à nouveau, un an plus tard. Ce jeu vaut-il toujours toutes ses éloges ? Pour un avis sur le jeu, je vous invite à consulter le test de TLOU que j’ai réalisé en 2013, puisqu’ici je vais surtout aborder les nouveautés de cette version Remastered, bien que des éléments se recoupent.

sadkid
Feels et encore plus de feels

The Last of Us nous plonge dans un monde post-apocalyptique ravagé par le Cordyceps, un champignon qui a muté, infectant les humains. On incarne Joel, bien des années après l’éruption du virus, un contrebandier situé à Boston, et il va se retrouver à traverser le pays avec Ellie, une fille de 14 ans. Comment ? Pour aller où ? Pourquoi ? Ah bah à vous de le découvrir, les amis. Je ne spoile rien, ici !

Le scénario n’a pas perdu une miette de sa superbe, et est toujours aussi touchant, un an après. Les moments forts ne manquent pas de nous pincer le cœur, et les moments plus détendus font bien rire. Le seul souci est que l’on s’attache progressivement aux personnages, et on n’a pas envie de finir le jeu, mais toutes les bonnes choses ont une fin, et The Last of Us est clairement bon. La version Remastered inclut tous les DLC sur le disque, dont Left Behind sorti en février sur PS3, une aventure solo avec Ellie qui se déroule entre deux chapitres de l’aventure principale (plus ou moins), j’ai donc décidé de faire tout le jeu dans le “bon” ordre. Et bien, vous savez quoi ? Ça marche bien ! On se retrouve avec un solo varié d’une très bonne durée qui en fait voir de toutes les couleurs.

Une de ces couleurs est le rouge, le sang. Je suis mort un bon petit paquet de fois, ayant fait le tout en Survivant, le mode de difficulté le plus élevé. Je raconte une bêtise : ils ont ajouté le mode Réaliste, histoire de corser les choses (un DLC gratuit sur PS3). Toujours est-il que le mode Survivant propose un challenge intéressant, car il est difficile, mais sans être insurmontable. Il suffit d’être tactique en sachant quand attaquer et quand se planquer. Les munitions étant rares, on se fait petit assez souvent, mais ça serait vous mentir de dire que foutre une flèche pile entre les deux yeux d’un ennemi n’est pas satisfaisant.

Une autre chose satisfaisante est la qualité de ce remaster. La résolution est améliorée (1080p) ainsi que la cadence d’image qui est doublée (60fps). Pour être honnête, au début je trouvais ça véritablement bizarre et loin de l’impression cinématographique originale (la cadence d’image joue pas mal, croyez-moi), mais après quelques minutes on s’y fait et on ne peut plus du tout s’en passer, et ça reste absolument cinématographique (il reste néanmoins possible de verrouiller le jeu à 30fps). Cette fluidité renforce l’immersion (haha je suis fier de mon jeu de mots) et bien sûr, les textures sont plus propres, ce qui donne un résultat global très plaisant. Étant le seul véritable apport comparé à la version PS3, il faut dire que c’est très bien foutu.

tlour_forest

Enfin, “seul apport” n’est pas exactement vrai… Le jeu est beau, et à l’instar de Second Son, un mode photo a été ajouté, ce qui permet de figer le jeu et jouer avec des options de caméra et filtres pour prendre de stupéfiantes captures du jeu. J’en ai réalisées 176 lors de ma partie, et il y a des très belles scènes à capturer. C’est au joueur de saisir l’instant, de le cadrer, et raconter sa propre histoire. Une fonctionnalité qui peut paraître banale, mais qui est une véritable valeur ajoutée. Si vous avez une âme de photographe, ceci devrait grandement vous plaire.

Tout le côté visuel et narratif est complété par cette bande-son qui m’envoie des frissons dans le dos à chaque fois, même encore aujourd’hui. Gustavo Santaolalla a réalisé un véritable chef d’œuvre, autant sur le volume 1 sur iTunes”) que le volume 2 sur iTunes”) (dédié à Left Behind), avec des musiques chargées en émotions, qui illustrent la façon dont Ellie et Joel voient le monde. Je souligne par ailleurs de manière totalement impromptue que le très bon mode multijoueur de TLOU inclus toutes les maps auparavant disponibles en DLC, mais en revanche ne permet pas de jouer avec ses amis sur PS3. Dommage. Pour palier à cela, il y a quelques bonus sur la galette : des options audios avancées (selon notre équipement), le documentaire “Grounded” d’une heure et demi et des commentaires sur les cinématiques par le directeur du jeu.

The Last of Us Remastered est une expérience familière, mais pas moins captivante. Ceux qui auront déjà retourné le jeu dans tous les sens sur PS3 n’auront pas de véritable intérêt à se procurer cette version Remastered (si ce n’est pour le mode photo). Pour ceux qui n’ont, comme moi, que fait le jeu une fois à sa sortie, ça peut être agréable à revisiter (et revivre l’histoire de Ellie et Joel, que j’adore). Quant à ceux n’ayant jamais fait le jeu, qu’attendez-vous ? C’est l’un des meilleurs jeux auquel j’ai pu jouer de toute ma vie. Et si c’était le cas pour vous ? :) Vous pouvez vous procurer TLOU Remastered ici, si l’envie vous prend !

Cordycepseument vôtre,
À plus !


Acheter :  

Exemplaire fourni par PlayStation

Catégories :